Parce que le « normal » n’est plus la norme

Reconnues par le magazine Forbes, un groupe de femmes entrepreneures B Corp souhaitent un changement radical du leadership des dirigeants

Montréal, le 9 mars 2021 – Ce n’est plus secret, la pandémie a complètement bouleversé les modèles d’affaires et les habitudes de consommation à travers la planète. Et si ce que nous vivons était l’occasion de revoir les styles de gestion des entrepreneurs et les valeurs sur lesquelles s’appuient les organisations? Et si le « normal » d’avant était justement le problème? Le collectif WeTheChange constitué de nombreuses entrepreneures canadiennes veut prendre position et se faire entendre.

En février dernier, WeTheChange rayonnait dans le magazine Forbes et mettait en vedette ces femmes d’exception provenant des quatre coins du globe. Leur objectif, cette année, est d’utiliser les bouleversements causés par la pandémie comme un levier de changement social.

Le collectif féminin a d’ailleurs réfléchi et posé des actions concrètes au sein du mouvement Black Lives Matter ou encore pour faire entendre leur voix en plein cœur de la campagne électorale américaine. « Nous croyons que les entreprises dont la mission est strictement centrée sur le profit sont l’une des causes de nombreux échecs sociaux. Les dirigeants doivent désormais agir comme un vecteur de changement social. La confiance envers eux s’est ternie et nous souhaitons en appeler à un style de leadership radicalement axé sur leur impact social », déclare Kim Fuller, présidente et fondatrice de Phil, une agence conseil spécialisée en philanthropie.

L’année dernière, le cabinet Edelman présentait son « baromètre de confiance » annuel du public envers les marques et les employeurs. Force est de constater que la confiance des parties prenantes envers les chefs d’entreprises est nettement proportionnelle à leur capacité à provoquer un changement social au-delà des frontières établies ou de leur strict « cadre d’affaires ». WeTheChange, composé de plus de 200 entrepreneures à travers la planète, a définitivement l’intention de profiter de ces bouleversements d’affaires pour imposer une nouvelle façon de réfléchir le leadership entrepreneurial. En mai 2019, ces dernières signaient la « WeTheChange Declaration » qui faisait un pas clair dans cette direction en adhérant à de nombreux principes sociaux dont le monde a bien besoin.

WeTheChange : S’engager vers un nouveau modèle

Fondé aux États-Unis en 2018, ce collectif de femmes d’affaires s’est construit sur trois piliers fondateurs : Promouvoir l’activisme social au sein de leurs organisations, investir à la fois son cœur et sa tête dans la prise de décision et provoquer radicalement l’inclusion sociale. « Nos entreprises sont une force pour concilier le changement social, environnemental et le profit. Ensemble, nous visons rallier un maximum d’entrepreneures à la table de réflexion et, ainsi, changer le monde », dit Kim Fuller, fièrement.

Cliquez ici pour tout savoir sur le collectif WeTheChange et connaître une entrepreneure québécoise qui veut provoquer le changement.