La commandite Philanthropique: un mouvement en croissance

À l’ère d’un accroissement d’un soutien si désiré par les organismes à but non lucratif (OBNL), les corporations y investissent davantage dans le marketing de cause, que nous définissons dans cet article comme de la commandite philanthropique.

Au cours des dernières années, les OBNL ont « pris la pleine mesure de la fin de l’État providence », constate Johanne Turbide, cofondatrice et codirectrice du Pôle IDEOS, acronyme d’Initiatives pour le développement d’entreprises et d’organisations à vocation sociale. « Les subventionnaires gouvernementaux ont vu leurs budgets diminuer, donc les organismes se sont retrouvés avec un financement traditionnel réduit ou plus précaire. Ils ont dû déployer toutes sortes de moyens pour varier leurs sources de revenus », explique celle qui est aussi professeure titulaire au Département de sciences comptables de HEC Montréal. [Article de Les Affaires signé de la journaliste Benoîte Labrosse, 6 avril, 2017]

De ce fait, les OBNL doivent souvent jongler davantage entre le don versus la commandite. Il y a premièrement une distinction fiscale à faire entre les deux.

Selon Revenue Canada, nous sommes en présence d’une commandite lorsqu’une entreprise fait un don pour financer une activité d’un organisme de bienfaisance et que l’entreprise bénéficie en retour de la publicité ou de la promotion de son image de marque, de ses produits ou de ses services.

C’est plus souvent le cas lorsque qu’un organisme réalise un événement de collecte fonds versus une sollicitation pour soutenir un programme ou une initiative en particulier.

Est-ce qu’un organisme de bienfaisance enregistré peut reconnaître une entreprise pour son don et aussi lui remettre un reçu officiel de don?

Si l’organisme accorde le même niveau de reconnaissance à une entreprise qu’à tous les autres donateurs, sans traitement spécial, et que cette reconnaissance est négligeable (par exemple, une simple reconnaissance), l’organisme de bienfaisance peut remettre à l’entreprise un reçu pour le montant total du don.

Si l’organisme accorde une reconnaissance spéciale à une entreprise pour son don ou une reconnaissance supérieure (par exemple, des bannières ou de la publicité de produits), cela est considéré comme une commandite. Une commandite est un avantage et sa juste valeur marchande est habituellement déduite du montant du don avant la remise du reçu. Il est difficile, sinon impossible, de calculer la valeur d’une commandite. Lorsque la valeur ne peut pas être calculée, l’organisme de bienfaisance ne peut pas remettre un reçu officiel de don à l’entreprise. Par contre, l’entreprise pourra peut-être inclure les coûts liés à la commandite dans ses dépenses de publicité, mais seulement si la commandite est raisonnable et qu’elle a été offerte dans le but de générer des revenus.

Comment solliciter une plus grande participation du monde corporatif à la philanthropie et comment rencontrer ses attentes?

Là est le défi. La commandite philanthropique pour une entreprise permets de symboliser de manière sociale sa mission et ses valeurs. Que se soit une décision du/des propriétaire(s), des employés, l’engagement doit être stratégique et qui s’inscrit dans une vision à plus long terme. Que se soit en santé, en éducation en culture ou finalement dans le secteur communautaire.

Avez-vous un plan de développement qui nous permets de maximiser les sources de revenus?

La recherche de partenaire corporatif peut se faire par différents réseaux. Êtes-vous un organisme local, régional, provincial ou national? Où géographiquement avez-vous des activités? Il y a donc un exercice de proximité à faire en premier lieu. Ensuite, quelle est la contribution et la capacité de réseautage des membres de votre conseil d’administration? Ces derniers ont des contacts et des affinités d’affaires développés qu’ils peuvent mettre à contribution à votre organisme. N’ayez crainte de leur demander de 5 à 10 contacts sérieux qui vous permettra de préparer éventuellement une sollicitation sur mesure. Demander au membre du conseil en question de solliciter la rencontre et c’est à vous de faire la présentation, idéalement en sa présence. Le mieux que vous pouvez arrimer à leur réalité d’affaires plus convaincant sera votre proposition et plus durable sera la relation.

Sachant que la plupart du temps les corporations désirent plus de visibilité, et que l’événementiel semble être l’opportunité principale pour générer des revenus supplémentaires, comment les organismes puissent répondre à ces demandes sans alourdir leur structure organisationnelle? Car dans les faits, il y a un coût caché important pour les organismes dans les activités de collecte de fonds.

Chez Phil, nous avons créer le programme Caritas: la gestion d’activités de collecte de fonds en réseau (activités de tiers). Ce programme permets de laisser une grande flexibilité aux commanditaires tout en maintenant une image constante et cohérente de l’organisme avec le minimum de temps à y investir. C’est une solution simple, flexible qui peut répondre aux besoins et des motivations des entreprises à s’impliquer davantage pour le mieux-être de notre société. Pour plus d’information contactez-nous pour une évaluation sur mesure.

Previous

Next