Les sites web sont la pierre d’assise des communications

« Omnes viae Romam ducunt »

La célèbre expression « Tous les chemins mènent à Rome » signifie que toutes les voies ou activités mènent au centre des choses. C’était vrai pour les routes de l’Empire romain, qui aboutissaient toutes à la capitale, Rome. Tels les rayons d’une roue, chaque chemin de ce réseau impressionnant reliait le centre à la périphérie. C’est cette métaphore qui a inspiré notre façon de voir les sites web des organismes de bienfaisance dans le contexte plus large d’un mélange entre marketing, levée de fonds et communication. Les questions qui suivent sont parmi les plus fréquentes que nos clients nous posent!

Si j’ai une page Facebook prospère, ai-je quand même besoin d’un site web?

Malgré la croissance soutenue de Facebook, les organismes ont besoin d’un site web pour servir de quartier général pour toute la communication en ligne. Dans une stratégie prévoyante, les visiteurs de votre site sont invités à visiter votre page Facebook, et votre page Facebook dirige vos vans vers votre site web. C’est une rue à deux sens. L’important, par contre, c’est d’éviter de publier le même contenu aux deux endroits. Votre site web devrait servir d’endroit plus formel pour partager de l’information concernant votre organisme, tant dis que votre page Facebook peut prendre un ton plus décontracté et personnel. Attention, par contre! décontracté ne veut pas dire désordonné. Même votre page Facebook doit respecter votre stratégie globale.

Nous avons récemment mis à jour notre site web. Pouvons-nous maintenant économiser en arrêtant nos communications imprimées?

Avec la frénésie entourant la couverture médiatique que reçoivent les réseaux sociaux, plusieurs organismes pensent carrément abandonner leur communications imprimées. Par contre, la dernière étude d’Épisode Inc. sur les tendances en philanthropie démontre que la plupart des donateurs préfèrent encore recevoir du courrier direct. Les dons en ligne augmentent à tous les jours, mais ne sont pas encore en mesure de remplacer le courriel direct. Il faut considérer l’environnement et le budget, mais il faut surtout avoir en tête la manière dont votre public préfère communiquer.

Pourquoi le courriel est-il si important, et comment irrigue-t-il mon site web?

Selon la même études des tendances philanthropiques, après le courrier direct et les sites internet, le courriel est le moyen privilégié par le plus de donateurs pour s’informer sur les organismes qui les intéressent. Les communications par courriel devraient être soigneusement planifiées et intégrées à la stratégie numérique globale, en portant une attention particulière à la fréquence aux contenus (mises à jour) et aux incitatifs (au don, au bénévolat, à la participation). Les courriels les plus efficaces sont courts, et mènent vers plus de détails sur le site web. L’organisme peut ainsi mieux tenir compte du nombre de clics pour comprendre les intérêts de son public. Ça fonctionne particulièrement bien lorsque les articles d’une infolettre se trouvent aussi sur le blogue ou le site web. Ça nourrit le site web de contenu et ça augmente son rang dans les moteurs de recherche. Souvenez-vous que le marketing par courriel n’est pas du tout comme le marketing direct. Les messages doivent être créés sur mesure pour les lecteurs du web, qui veulent habituellement plus d’informations en moins de temps. Utilisez des images saisissantes et des infographies pour vendre vos idées et accroître la participation.

Un site web est un gros investissement. Comment convaincre notre CA que ça en vaut l’argent, et comment mesurer notre retour sur l’investissement.

Comme pour n’importe quel investissement, obtenir l’approbation du CA pour la construction ou la refonte d’un site web requiert des arguments et de la documentation appropriés. Çela devrait être fait avec autant de sérieux que tout autre investissement que l’organisme prévoit faire. Les donateurs et parties prenantes jugent de plus en plus les organismes uniquement selon la qualité de leurs sites web. Le retour sur l’investissement ne peut donc être mesuré uniquement en dons reçus, mais dépend des objectifs de départ de l’organisme. Dépendamment de vos objectifs, plusieurs moyens existent pour mesurer le retour sur l’investissement : le taux de clics orientera mieux les organismes voulant sensibiliser la population, tant dis que les dons reçus sont pertinents à comparer aux sources de revenus traditionnelles.

Combien de temps est-ce que ça prend pour bâtir un site web?

Un site web peut prendre moins de six semaines ou plus de six mois à construire. Tout dépend de la fonctionnalité requise, de la quantité de contenu fournie par l’organisme et de sa rapidité à fournir les approbations et changements requis en cours de route. L’infographie ci-dessous illustre la quantité de travail requise pour bâtir un site web. Si des étapes sont sautées ou faites hâtivement, le résultat sera bâclé. Il faut aussi reconnaître que le client et le développeur ont une part égale à jouer dans la construction du site web. Un organisme ne peut simplement embaucher quelqu’un pour faire leur site et dire « Appelez-moi quand ce sera terminé! »

A-Website-Designed-Infographic-French

Comment les médias sociaux sont-ils reliés à mon site web, et vice-versa?

Les organismes de bienfaisance réalisent de plus en plus l’importance d’être présents sur Facebook, Twitter et Linkedin, mais ils ont peur d’investir le temps nécessaire à l’obtention de résultats. Nous vous recommandons de regarder vos activités qui n’obtiennent pas les résultats escomptés, et d’allouer une partie du temps accordé à ces projets à des initiatives sur les réseaux sociaux. À defaut de cela, vos compétiteurs vous devanceront et vous aurez encore plus à faire pour établir votre présence. La plupart des gens ne donnent pas encore par l’entremise des réseaux sociaux, mais pourraient y trouver l’adresse de votre site web. Votre stratégie des médias sociaux devrait être conçue pour attirer l’attention, augmenter la loyauté, encourager les dons en ligne, trouver des bénévoles et/ou augmenter les commandites, dépendamment de vos objectifs. Les médias sociaux fournissent un retour sur l’effort; pas sur l’investissement.

À quoi s’attendre en 2014?

  • Ce n’est pas à propos de vous : c’est à propos de votre public. Prenez du recul, et demandez-vous ce que vous voudriez voir sur le site web si vous ne saviez rien de l’organisme. Trop d’organismes publient des informations ayant peu ou pas d’intérêt pour leur public cible. Faites des sondages; embauchez une équipe professionnelle en communication pour cibler votre message; le contenu est Roi!
  • Simplicité : du contenu ordonné qui priorise l’expérience de l’utilisateur avant tout.
  • Conception flexible : des sites qui fonctionneront bien sur les tablettes et les portables.
  • Défilage prolongé : les pages au défilage prolongé permettent au public de voir un aperçu de tous vos contenus en utilisant uniquement la roulette de sa souris.
  • Moins de photos tirées des banques d’images : les photos sont une source de confiance pour le public. Si vous utilisez trop d’images tirées de banques, vous donnez l’impression de manquer de caractère : vos visiteurs ont une impression de déjà-vu générique alors qu’ils devraient se sentir connectés à votre organisme. C’est un pensez-y bien!
  • Soyez originaux : n’imitez pas vos voisins. Regardez votre mission, votre vision et vos valeurs et construisez un site web qui réflète ces messages-clés.

Previous

Next