Les 5 super tendances en philanthropie pour 2020

Oui. On l’avoue. Nous adorons les listes, ces concentrés de savoir si stimulants, ces shooters d’information excitants qui chatouillent les neurones. Outre leur incontestable utilité pour tester nos connaissances, les listes nous fournissent des aides efficaces pour mieux travailler et atteindre nos objectifs, et même faire jaillir des idées de notre inconscient.

Alors consultez notre Liste des 5 super tendances en philanthropie en 2020 et laissez percoler dans votre esprit de nouvelles idées pour réussir une année formidable!

 

Soigner vos relations avec le secteur privé

Avoir des amis « qui ont des ressources » est toujours important quand vient l’heure d’organiser des évènements ou une campagne. Mais courtiser le secteur privé pour des besoins à court terme peut se révéler très frustrant. Les ententes superficielles s’évanouissent rapidement.

L’année 2020 marque le début d’une décennie qui pourrait être utilisée pour créer des liens plus significatifs avec les bonnes personnes. Soignez vos relations. Entourez votre organisme d’entreprises engagées qui ont à cœur votre cause; il ne peut qu’en sortir du bon. C’est une situation gagnant-gagnant. En termes de temps et d’investissement, il est avantageux de trouver des partenaires privés qui partagent vos valeurs pour développer des liens et des objectifs communs mutuellement bénéfiques.

En prenant l’initiative, le secteur philanthropique encouragera la vague de générosité naissante au sein des entreprises qui commencent à reconnaitre l’importance d’améliorer la culture du travail et la satisfaction de leurs employés. Il est temps de vous y mettre et de commencer à créer de nouveaux liens !

 

Diversifier les sources de revenus

C’est un air connu : « Nous n’avons pas le budget, nous n’avons pas la subvention et nos objectifs de collecte de fonds ne sont pas atteints ». L’argent, ou le plus souvent le manque d’argent est le défi numéro un des OBNL. Mais la nouvelle décennie pourrait offrir de nouvelles possibilités. Pouvons-nous passer ensemble de la survie à la prospérité ? Oui. D’abord en trouvant d’autres manières de générer des fonds pour soutenir votre mission.

Prenez notre client Petites Mains. Cet OBNL montréalais est aussi une entreprise sociale qui vend des marchandises et des services, une façon habile de soutenir son développement. En offrant la possibilité aux femmes immigrées d’acquérir de nouvelles compétences pour le marché du travail, en leur donnant accès à la francisation et en favorisant l’inclusion sociale, cet organisme a accompli beaucoup durant ses 25 années d’existence. Cela a été rendu possible en partie grâce aux revenus générés par des contrats de couture industriels, de même que des services de traiteur et de bureautique qui lui ont valu la reconnaissance publique en tant qu’OBNL innovateur.

Si cela est possible, intégrez le volet « entreprise sociale » au sein de votre organisme. Cela peut vous permettre de générer de nouveaux revenus, d’innover dans l’atteinte de votre mission et de recueillir de nouveaux appuis dans le monde des affaires.

 

Mieux connaître vos donateurs et offrir différentes options personnalisées pour donner

Dans la nouvelle décennie, les OBNL constateront que de plus en plus de donateurs veulent devenir des agents de changement. L’ère où le donateur signait des chèques sans autre engagement est peut-être derrière nous. Les options de dons doivent être davantage personnalisées : les donateurs veulent participer au changement de la société et ils veulent voir les effets réels de leur contribution.

En connaissant mieux le profil de vos donateurs, vous pourrez mieux cibler vos messages et offrir des options de dons plus attrayantes pour ceux-ci. La segmentation de votre base de donateur et la création de messages mieux ciblés deviennent de plus en plus importantes. Que ce soit par l’intermédiaire de courriels ou de vidéos personnalisés, le point essentiel demeure que donner doit être simple et facile. Auditer votre site web et les canaux de médias sociaux est une première étape facile à réaliser pour évaluer la « convivialité de faire des affaires » avec votre organisme. Ces canaux numériques sont souvent les premiers points de contact que les donateurs ont avec vous. C’est pourquoi il est important d’évaluer le processus pour faire un don et entrer en contact avec vous. Bref, de savoir jusqu’à quel point vos communications sont vraiment « facilitantes ».

 

Optimiser maintenant et maitriser l’analyse des données

Est-ce que les outils qu’utilise votre organisme sont optimisés et fonctionnent à leur plein potentiel ? En 2020, il est essentiel que les OBNL se familiarisent avec le monde des données, du logiciel et des autres outils facilitant leur travail. Cela vous permettra de vous concentrer sur ce qui est vraiment important : créer, conserver et bien gérer vos relations.

Les données sont un outil puissant pour les OBNL et cette mine d’information ne devrait pas être négligée. Comme Paul Ruben de Charity Digital News l’indique, « les données peuvent améliorer l’efficacité des campagnes, accroitre les retombées des projets, devenant de solides arguments auprès de bailleurs de fonds pour créer de nouveaux services et initiatives ». L’intelligence artificielle (AI) et l’analyse des données (analytics) sont également des outils essentiels pour aider à établir des profils de donateur et mieux les cibler avec des messages personnalisés visant à accroitre les dons. Ceci étant dit, il est difficile de maitriser la puissance de l’AI et des données. La valeur ajoutée qu’un expert pourrait apporter à votre organisme est un point essentiel à examiner. Commencez à vous documenter, montez un dossier pour votre conseil et présentez-le !

 

Au-delà des salaires, offrir des avantages intangibles : un défi pour les RH

Il y a pénurie de la main-d’œuvre et l’industrie philanthropique s’en ressent durement. Même si la plupart des OBNL ne peuvent offrir des salaires concurrentiels avec le privé, ils peuvent offrir d’autres incitatifs qui sont déterminants pour attirer et retenir le talent. Souvent sous-estimées, les valeurs clés d’un organisme peuvent être un facteur important d’attraction et de rétention du talent. Les gens cherchent de plus en plus à travailler pour des entreprises ou pour des organismes qui rencontrent leurs valeurs. Les OBNL ont besoin de s’assurer que leurs pratiques d’embauche et de marketing reflètent leur cause et leur culture sociale uniques.

Ils doivent accorder une importance tout aussi grande au bien-être collectif. L’introduction d’horaires de travail flexibles ou de la semaine de quatre jours amène une motivation accrue, une plus grande productivité et un meilleur équilibre entre la vie et le travail. Par exemple, ici chez Phil, nos jours de maladie s’appellent des « jours de bien-être » pour souligner leur aspect préventif plutôt que réactif. Au cours du XXIe siècle, notre conception du travail est appelée à changer. À l’aube de cette nouvelle décennie, il est temps d’agir en conséquence. Partagez avec nous vos idées sur l’évolution de votre culture d’entreprise, de vos conditions d’embauche ou de l’amélioration de vos communications internes.

 

La décennie qui s’amorce

Une chose est sûre, les OBNL devront mieux satisfaire les attentes des donateurs. Le temps des collectes de fonds traditionnelles est derrière nous. La seule façon de mettre en œuvre de nouvelles pratiques est de laisser tomber celles qui, trop anciennes, ne donnent plus les résultats escomptés et nuisent à votre croissance. En établissant des relations plus personnalisées et en faisant des changements stratégiques au sein de pratiques considérées jusqu’alors comme la règle d’or, l’avenir s’annonce prometteur pour tous ceux et celles qui sauront entrer de plain-pied dans la nouvelle décennie.

Previous