Dites adieu aux zombis

Comme leader, rien n’est plus frustrant que de se rendre compte qu’un précieux objectif à court terme nous échappera. Beaucoup de personnes ont choisi de travailler pour des OBNL parce qu’elles se rendent compte qu’une question sociale doit être résolue et qu’elles ont le potentiel d’améliorer la situation. Mais que faire quand les meilleures intentions mènent à un cul-de-sac ? Quoi faire quand votre CA est paralysé et que la direction est menottée? 

La « paralysie du CA » est une réalité. Ce n’est pas simplement une figure de style. Imaginez que vous assistiez à réunion sur réunion, que le quorum soit inexistant parce que des règlements périmés stipulent que celui-ci est doit comprendre 10 personnes présentes. L’indécision chronique des membres serait accrue par le fait qu’ils n’ont pas reçu de suivis courriel ou d’information les informant de façon diligente sur les sujets à l’ordre du jour. Un air de déjà vu? Ces CA ne peuvent tout simplement pas remplir leur mandat et paralysent l’organisme. 

Les directeurs.trices d’organismes comptent sur l’engagement personnel des membres du conseil pour accomplir leur mission. Ces deux rôles sont en symbiose et si un conseil devient paralysé, sa direction vivra une situation qui peut s’apparenter au syndrome de Stockholm. Un.e directeur.trice pourrait tomber en amour avec un conseil immobilisé qui le tient captif et se confond en excuses pour son comportement de zombis. Un autre pourrait abandonner le bateau, frustré par la situation. Un taux élevé de roulement est un symptôme classique de paralysie du CA.

Quel est le remède?

D’abord, il est essentiel d’identifier la source du problème. Cela exige une conversation honnête et parfois difficile parce qu’elle consiste à examiner la motivation et la compétence de tous les acteurs impliqués. Pour être franc, il y a des moments dans la vie d’un organisme où des décisions doivent être prises rapidement. En améliorant le fonctionnement d’un conseil, les organismes peuvent fixer de meilleures règles pour le quorum et pour d’autres éléments qui garantissent le dynamisme d’un conseil. C’est uniquement en évaluant la performance globale d’un conseil que vous identifierez les éléments clés. Ce processus d’examen devrait se répéter au moins tous les deux ans pour permettre à l’organisme une bonne croissance, quitte à faire un peu d’émondage. 

Les personnalités jouent un rôle important dans la dynamique de n’importe quel groupe. Les conseils développent inconsciemment une formule qui leur est propre, un peu comme les grands parfumeurs comme Chanel ou Givenchy donnent une signature à leur parfum. Le problème en recrutant toujours parmi les connaissances et les habitués est de limiter l’évolution de l’organisme. Les membres du conseil ayant leur propre ordre du jour ou ayant une mentalité excessivement bureaucratique nuisent à cette évolution. Exclure ces membres est crucial si votre objectif est de prospérer et de quitter le royaume des zombis. En développant une stratégie de recrutement inclusive qui comprend des directives claires favorisant la diversité, la formation et le mentorat, les OBNL retrouvent des conseils vivants et proactifs. 

Deux des éléments les plus négligés pour sortir un CA de sa paralysie sont la communication et la technologie. La communication est essentielle pour relayer les besoins actuels et émergents. Ouvrir des voies de discussion via une plateforme virtuelle dédiée à l’usage exclusif des membres d’un conseil est une excellente façon de créer un intérêt commun sur les sujets de l’heure. Il y a beaucoup de plateformes différentes qui offrent une multitude d’options intéressantes pour les OBNL. Mieux encore, le gouvernement offre souvent des subventions pour former le personnel aux technologies permettant de réaliser des opérations virtuelles. Investir en technologie peut offrir plusieurs avantages : centraliser la « paperasse » (minutes, ordres du jour, amendements et statuts), mais aussi permettre des discussions plus transparentes sur les sujets chauds de l’heure.  

Si vous êtes confronté à un conseil paralysé et que vous vous sentez menotté dans l’atteinte de votre mission, trouver un appui externe est souvent la meilleure option. Qui voudrait affronter seul une attaque de zombis? Phil peut améliorer votre gouvernance sans froisser trop d’égos. Vous pourrez continuer à accomplir votre mission avec la même passion qui vous a conduit à vous engager dans le secteur des OBNL.

 


 

D’autres articles sur les CA :

La productivité de votre CA pendant la crise

Ménage du printemps pour une bonne gouvernance

Ce que nous faisons:

Phil travaille avec des conseils d’administration et des membres individuels pour résoudre un large éventail de défis organisationnels. Nous aidons les CA à développer des objectifs atteignables, à restructurer leurs modèles de financement, à améliorer la communication avec leurs cadres et à planifier leur succession. Appelez-nous !

Previous

Next