Quelque chose doit changer.

Plusieurs déséquilibres menacent notre monde : climat, politique, inégalités… Mais par où commencer?

Pour nous, il s’agissait d’abord d’évaluer en quoi nous étions différents et de ne pas le faire seul.

Il y a environ quatre ans, nous avons décidé d’entreprendre un processus de certification pour devenir une entreprise B Corp. Être une entreprise dirigée par une femme ne nous distinguait pas tant que ça et c’est plutôt notre philosophie d’affaires qui faisait de nous un cas unique. Celle-ci a toujours été au cœur de chaque décision importante, contribuant au mieux-être de la société et des personnes avec qui nous travaillons, tout en gagnant de l’argent. Il semble qu’ajouter des éléments altruistes au modèle d’affaires traditionnel fait de vous une bibitte rare.

Il y a pourtant aujourd’hui plus de 260 entreprises canadiennes œuvrant dans divers secteurs industriels qui choisissent d’être différents. Nous ne sommes pas seuls. Nous participons tous au changement avec ces autres B Corp.

Les entreprises B Corp peuvent être définies comme « des organisations qui abattent les frontières entre le secteur à but non lucratif et les entreprises traditionnelles en adoptant des missions sociales et environnementales claires, tout en générant des profits pour soutenir l’accomplissement de ces missions. »

C’est un fait avéré que les entreprises privées contrôlent la majorité des ressources du monde et nous savons comment cela fonctionne depuis trois siècles. Grâce au mouvement social en cours, nous sommes encouragés à lutter contre la crise environnementale qui affecte chaque personne, chaque espèce animale et végétale sur la Terre. Le secteur privé a été lent à joindre le mouvement, préférant pelleter la solution de cette crise mondiale dans la sphère individuelle. Ce n’est pas la bonne façon de faire.

Il est clair que la concentration des pouvoirs sape tout discours sur la réconciliation et l’inégalité de genre, entre autres injustices, et nuit au progrès social. Toute personne du secteur à but non lucratif vous dira jusqu’à quel point la situation est urgente pour les personnes marginalisées partout dans le monde. Les B Corp reconnaissent que les besoins sociaux sont réels et décident d’être des entreprises lucratives qui créent de la valeur sociale et réduisent leur impact sur l’environnement. Le processus de certification B Corp est rigoureux et oblige les entreprises à penser et à agir autrement en termes de diversité, d’accessibilité et de société. L’idée que les entreprises privées devraient avoir elles aussi une communauté de décideurs engagés dans le changement social est tout à fait sensée.

Le principal objectif de Phil est de se donner plus de moyens pour soutenir la mission des OBNL et des entreprises sociales. Grâce à notre perspective unique sur le fonctionnement interne de plusieurs OBNL, fondations et institutions canadiennes nous pouvons affirmer que le secteur à but non lucratif est prêt pour le changement.

Alors que la crise climatique nous force à prendre nos responsabilités face aux ressources limitées de notre planète, le besoin croissant de transparence dans le secteur des OBNL devrait nous forcer à faire de même avec les ressources limitées de notre secteur. Cette réalité devrait encourager le secteur des OBNL à examiner la façon dont il choisit ses fournisseurs, ses prestataires de services et établit ses processus internes.

Le choix de vos partenaires d’affaires est important. C’est aussi en partie sur ce socle que repose l’éthique B Corp : pour certifier, il est nécessaire d’évaluer l’impact de vos décisions sur les employés, les clients, les fournisseurs, la communauté et l’environnement. Il s’agit d’en être conscient et de faire des choix qui soutiennent votre mission sociale. Prendre des décisions à caractère durable est simplement un prolongement de l’engagement pour le bien commun que partagent la plupart des organismes du secteur social. Cela montre comment vous allouez l’argent de vos donateurs pour réaliser votre mission. Les entreprises B Corp ont aussi des missions sociales ou environnementales et partagent les mêmes valeurs fondamentales que les OBNL.

Bien qu’il y ait relativement peu d’entreprises canadiennes qui ont fait le choix d’entamer le processus de certification établi par le B Lab, l’organisme qui certifie les entreprises B Corp, il est intéressant d’en consulter la liste. L’heure de faire des choix a sonné.

Le secteur à but non lucratif devrait non seulement s’intéresser à ses fournisseurs et à ses prestataires de service, mais également aux conditions de travail de ses employés, de la façon dont ils disposent de leurs marchandises et comment cela impacte l’environnement. Bref d’avoir une meilleure vue d’ensemble. Il ne s’agit pas seulement d’évaluer à l’externe l’impact de vos programmes sur les personnes aidées, mais de tourner votre regard vers les opérations et les structures internes pour en évaluer l’impact.

Puisque la barre est continuellement rehaussée pour les B Corp qui entreprennent leur processus de recertification tous les trois ans, ces entreprises doivent réexaminer leurs processus de fond en comble pour réussir à faire le bien encore mieux.

Le secteur charitable peut prendre des mesures pour avoir un plus grand impact social. Par exemple, en examinant ses fournisseurs et ses partenaires du secteur privé, les OBNL peuvent identifier d’autres organisations qui sont engagées dans le changement.

Devenir une entreprise B Corp a été la meilleure décision stratégique que Phil n’ait jamais prise en ce sens que cela lui a permis de confirmer des pratiques intuitives. Nous avons aimé nous mettre au défi et nous inspirer des autres pour faire les choses différemment et pour créer de la valeur sociale durable.

Nous croyons à la règle du 3,5 % qui dit qu’une petite minorité suffit à changer le monde. Qu’il s’agisse d’activisme non violent ou d’action communautaire pour résoudre un problème local, les choix que nous faisons et l’attachement à ces choix amènent des changements durables.

Mars est le mois des entreprises B Corp et il n’y a plus d’excuse au statu quo. Si nous utilisons collectivement les outils mis à notre disposition pour faire des choix reposant sur un ensemble de valeurs communes, le changement surviendra. Fixez dès aujourd’hui vos objectifs comme organisme et ensemble voyons comment nous pouvons changer les choses. Vous pouvez utiliser les Objectifs de développement durable de l’ONU comme point de départ. Le Gestionnaire d’action en ligne peut aider votre organisme à agir. C’est un bon endroit pour commencer. Quelque chose doit changer!

Previous